Reportages & Infos

Centenaire Blériot : presque réussi...

C'est donc Samedi 25 juillet, 100 ans jour pour jour après de l'exploit de Louis Blériot, que répliques grandeurs et modèles réduits devaient s'élancer de la commune de Blériot Plage pour commémorer la première traversée de la Manche par un aéroplane.
Malheureusement, un fort vent est venu gâcher la fête, particulièrement pour les modélistes...



Centenaire Blériot : presque réussi...
Organisée par l'Aéro-Club de France, cette commémoration se présentait sous les meilleurs auspices, avec un nombre impressionnant de prétendants à la traversée...
2 avions français, 3 étrangers, et 2 modèles réduits échelle 1/2 étaient au programme !
Finalement, après plusieurs heures d'attente dans l'espoir que le vent baisse (Blériot s'était élancé avant 5 h du matin, au contraire afin de bénéficier de l'absence de vent), c'est un premier Blériot de l'Amicale Jean Baptiste Salis qui a décollé devant plusieurs milliers de spectateurs à 9 h 15, se posant avec succès 45 mn plus tard en Angleterre, avec Edmond Salis aux commandes. Ce premier vol du jour a fait l'objet de nombreux échos dans la presse...
A 9 h 51, un second Blériot XI de la Ferté-Alais, la réplique du Pegoud (premier avion à avoir passé une boucle) s'élançait à son tour, avec aux commandes Jean-Pierre Lafille. Là encore réussite parfaite !

Côté modéliste, comme nous vous l'avons raconté ces derniers jours, la modèle du MACA 62 était présent et fin prêt, et bien que n'ayant pas passé les épreuves d'homologation catégorie B le vendredi, il a finalement reçu une autorisation dérogatoire pour faire la traversée, délivrée par Philippe Bataillé, représentant de la DGAC, venu de Bordeaux spécialement pour l'occasion !
Le vol devait se dérouler avec 3 pilotes aux commandes : un au sol pour le décollage, relayé par un second pilote à bord d'un ULM pour la traversée de la Manche, un troisième, déjà de l'autre côté du Channel, devant prendre les commandes pour l'atterrissage.
Après que l'ULM ait décollé à 10 h 12, le Blériot 1/2 du MACA prend son envol à 10 h 15, mais peine à grimper, la puissance moteur étant visiblement limite (mais réaliste !)...
Hélas, alors qu'il est encore à moins d'une dizaine de mètres de hauteur, à cause du vent assez fort, il est rapidement pris dans les turbulences et les les rabattants générés pas une haie qui borde le terrain, qui le plaquent irrémédiablement au sol, et il devra se poser en bordure de la route qui longe le "champ d'aviation". Les dégâts sont minimes, mais la déception est grande...
Quoi qu'il en soit, l'avion est tout à fait réparable, il sera toujours temps de mieux le mettre au point pour faire une nouvelle tentative... avant le bicentenaire, on l'espère ;o) !

Les membres du MACA n'auront pas été les seuls malheureux de la journée puisque, pour raison météo, le chef de piste fermera par la suite le terrain avant que les Blériot grandeurs suédois et hollandais, ainsi que le modèle réduit échelle 1/2 de ces derniers puissent à leur tour prendre leur envol...
Inutile de vous dire la déception, voire l'énervement et l'écœurement de ces équipes... Il est dommage que cette belle journée se soit ainsi achevée dans une ambiance pour le moins polémique, car tous ces pilotes étaient prêts à décoller en âme et conscience...

Il nous reste cependant de belles images de ce centenaire que nous tenons à vous faire partager ici...

Le Blériot version Pégoud de l'Amicale Jean-Baptiste Salis.

Le Blériot XI du MACA 62 au montage

Le second modèle du MACA au fond de la tente...

Louis Blériot version Axel Pilots est souriant !

Centenaire Blériot : presque réussi...

Les badauds se pressent autour des hélicos qui vont accompagner les Blériot au dessus de la Manche

La réplique suédoise du Blériot XI qui ne sera finalement pas autorisée à tenter la traversée...

Le second Blériot XI de la Ferté se dirige vers le point d'envol...

Devant le château d'Eau de Blériot Plage (on ne peut pas se tromper)

Laurent Michelet




Dans la même rubrique :
< >