Essais

Spree de Kyosho

4 heures d'assemblage top chrono, photos comprises, et en vol !

Je possède un Ferias de Kyosho (2 axes ailes hautes depuis quelques années), qui m'a donné de nombreuses heures de plaisir la tête en l'air. Donc je suis en possession de deux accus 7 éléments 500 mAh (eh oui il y a quelques années le Nimh n'étais pas aussi présent qu'aujourd'hui, et le lipo était encore moins connu voire inconnu... en tout cas inconnu pour moi).
Bref j'étais en quête d'un petit trois axes qui pourrait utiliser les mêmes accus, facilement transportable, avec une ligne sympa... mais ça c'est déjà plus subjectif !



Spree de Kyosho
En lorgnant sur les étagères de la boutique où je me rends régulièrement plusieurs modèles me tentaient, soit des kits soit des RTF. Bref le Spree m'a fait de l'œil, j'ai demandé à ouvrir la boite et là j'étais déjà cuit. Je suis reparti avec un colis sous le bras et 116 euros en moins sur mon compte en banque.

Contenu de la boîte

Spree de Kyosho
La photo vous renseignera mieux que tout ; sachez juste que le Spree existe en bleu ou rouge.
La boite contient tout ce qu'il faut pour finir l'avion, excepté la radio (servos, récepteur et variateur) et l'accu, soit une paire d'ailes construites bien droites, un fuselage du même tonneau, stab et dérive qui, à contre-jour, laissent voir une structure et pas une bête planche, un capot en plastique et une belle bulle en plastique "fumé" brun sombre. Il y a aussi toutes les cordes à piano et guignols (déjà en place), le train d'atterrissage et ses roues en mousse. Côté propulsion un format 380 avec un réducteur rustique mais connu de moi, le même que sur le Ferias, et une hélice en plastique rigide, au côtes de 9*6.
Pour finir une notice en anglais et japonais aux dessins très clairs et plus que suffisants pour tout comprendre et une grande planche d'autocollants.
Comblé ! Il ne manque donc pour équiper le Spree que 3 servos de 9 grammes, un variateur 18 A et un recepteur 4 voies.

Spree de Kyosho

Top départ

Spree de Kyosho
Juste pour voir j'ai noté le temps qu'il fallait pour assembler le Spree jusqu'à être "really ready to fly". Il ne m'aura pas fallu plus de 4 heures, soudures et photos illustrant l'article comprises, pour avoir un avion prêt à voler. Pas mal !
J'ai commencé par retendre les quelques plis du revêtement. J'ai ensuite enchaîné les étapes dans l'ordre de la notice. Je ne souhaite pas "ré-écrire" la notice qui est franchement hyper compréhensible, mais juste insister sur quelques points.
L'étape 1 concerne le raccordement des ailes ensembles. Veillez à bien réaliser ce collage, il y va de la durée de vie de l'appareil. Personnellement j'ai fait le malin et collé les ailes à la cyano... Eh bien résultat elles ont fait bravo un jour de vent en sortie de looping. Je ne peux que vous conseiller de coller les ailes à l'époxy 5minutes.
Placer une aile sur le plan de travail et enduire la nervure d'emplanture de l'autre aile d'époxy et raboutez. Maintenez en place 5 minutes et c'est bon.
Ensuite installez le servo d'aileron en ayant soin d'avoir préparé une ouverture pour faire sortir sur l'extrados la prise.
Faîtes faire aux ailerons quelques va et vient jusqu'à avoir un mouvement facile des ailerons.
Installez les cordes à piano déjà pliées en Z sur le palonnier dudit servo et sur les commandes d'ailerons. Reglez le tout pour avoir un "neutre" impeccable (voir essais en vol et épilogue). Voilà c'est fini pour l'aile.

Spree de Kyosho
L'installation du train n'appelle aucun commentaire, alors en route pour le fuselage.

Spree de Kyosho
L'étape 4 du montage est consacrée au dégagement des fentes pour les empennages, stabilo et dérive, et dégagement des emplacements pour les tourillons destinés à recevoir les élastiques de maintien de l'aile ainsi que les trous de l'interrupteur. Rien de bien sorcier en somme. Découpez juste à l'étambot du fuselage la petite pièce en balsa qui vous empêcherait de glisser stabilo et dérive dans la suite du processus.

Spree de Kyosho
Les étapes 5 à 8 se consacrent à la mise en place de l'empennage. Procédez à un montage à blanc pour prendre tous les repères necessaires aux bons alignements du stabilo et de la dérive. Un marquage au crayon à papier des zones à désentoiler puis on retire le tout, deux coups de cutter dans le revêtement, on met à nu le balsa, on remet en place.

Spree de Kyosho
On commence par le stab avec sa corde à piano passée dans le guignol, cyano fluide passée par "infiltration" et on poursuit par la dérive munie de sa corde à piano de la même manière.

Spree de Kyosho
Les étapes suivantes de 9 à 13 sont consacrées à la mise en place de la radio et aux réglages des gouvernes. Rien de bien méchant non plus, les dessins sont clairs et précis.
Au chapitre moteur j'ai coupé et remplacé les prises en place par des "Multiplex haut ampérage", les grosses prises vertes compatibles avec ce que j'ai sur d'autres modèles.
Variateur, batterie et récepteur trouvent naturellement leur place sous la verrière.
Centrage à 53mm du bord d'attaque, c'est à dire sur le longeron et zou !

Spree de Kyosho
On vérifie que tout fonctionne et direction le terrain quelques jours plus tard ou dans la foulée si vos accus sont chargés et que vous avez commencé le montage le matin.

Spree de Kyosho

Les essais en vol

Spree de Kyosho

Spree de Kyosho

7 éléments 500AR, hélice et moteur du kit

Les premier vols furent effectués avec un batterie 7 éléments 500 mAh comme préconisé. Equipé ainsi le Spree pèse 630 grammes et est centré à 53 mm du bord d'attaque, sur le longeron, pile où il faut. Les essais de taxiage montrent un modèle pas trop facile à contrôler au sol, à cause de la béquille qui n'est pas le plus efficace des systèmes.
Bon j'aligne le petit bout sur la grande piste en dur du centre de modélisme du Val de Marne, mets les watts et le Spree décolle en 10 mètre maxi et grimpe franchement : un manque de piqueur évident ! anticouple OK.
L'avion est agréable à la profondeur et un peu mollasson aux ailerons. Au bout d'une minute et demi, le BEC du variateur fait son office et coupe le moteur, retour au sol en plané paisible. Je me pose et je suis passablement mécontent. Le Ferias m'avais habitué avec le même accu et la même propulsion à des vols de 10 minutes à tous les coups !
Je remplace l'accu, resserre les vis qui tiennent le moteur pour lui donner plus de piqueur et augmente le débattement des ailerons à 100% de la course du servo. Et en route pour un deuxième vol. Au bout d'une minute un bruit bizarre se fait entendre côté réducteur. Le temps de réaliser, le Bec coupe le moteur et je rentre en plané ! Pas glorieux comme modèle pour l'instant.
Je démonte le capot et, horreur, je constate que deux vis du réducteur sont parties faire un tour ailleurs et que la troisième est en train de prendre sa liberté ! Pignon plastique tout rogné, glups ! Fin de la session numéro 1. Laurent, qui a assisté aux premiers vols, n'a pas l'air plus emballé que moi par ce qu'il a vu.
De retour chez moi je cannibalise le réducteur du Ferias qui a le même taux de réduction et encore ses vis que j'assure avec du frein-fillet.
Au fait il est de combien le taux de réduction ? Bah environ 1.71/1 monsieur.
Je recharge l'accu et mesure la consommation du bazard, et là surprise presque 15 A avec les 7 éléments. Oui, 15 A ! je me dis qu'ils sont un peu fadas chez Kyosho et je comprends mieux les 90 secondes d'autonomie. Je change l'hélice du kit immédiatement pour une 7*4 CamProp Graupner qui passait par là : plein gaz la traction semble plus que suffisante et la consommation tombe à 9A, raisonnable, pour un peu plus de 9000 tours/mn. J'en profite pour ajouter une roulette de queue couplée à la dérive, luxe inutile pour certains, mais je me fais plaisir.

7 éléments 500AR, moteur et réducteur du kit et hélice 7*4 CamProp

Spree de Kyosho
Retour au terrain la semaine suivante pour de nouveaux essais en vol. C'est un jour de grand vent, mais tant pis, j'y vais. Le Spree décolle sans encombre et vole bien avec cet accu et cette hélice 7*4. L'autonomie est voisine de 5 minutes en volant le plus souvent à 2/3 des gaz.
L'avion a un bon comportement général mais reste un peu mou aux ailerons, quoique mieux qu'au premier vol.
Je tente la voltige. Bah oui, faut bien voir. Le looping passe tout seul dans un mouchoir de poche, le tonneau est laborieux (ces ailerons !) et le vol dos tient pas mal du tout en poussant à la profondeur, normal avec un profil plan convexe ! le renversement est marrant avec une dérive super efficace. Le pilotage 3 axes est vraiment un plus pour les mises en virage. Il faut beaucoup contrer aux ailerons pour sortir des virages. On s'y habitue sans peine, ça fait un peu planeur grandeur parfois. Le Spree me plait déjà plus.

Lipo e-tec 3S2P (11.1V 2400 mAh) moteur et réducteur du kit et hélice 7*4 CamProp

Spree de Kyosho
Entre temps, j'ai acheté des accus lipo E-Tec en 3 éléments en série de 1200 mAh. Deux packs montés en parallèle prennent place dans l'avion, soit au total 2400 mAh de capacité et 14 A d'intensité possible. Un coup de pince ampèremétrique me monte que je suis à 14 A plein gaz, donc tout bon.
Le décollage reste aussi rapide, mais la montée est vraiment "solide". L'avion à plein gaz fait un sacré beau bruit, le réducteur n'y étant pas étranger. Je voltige tant que je veux et réduis les gaz dans les descentes, sauf un fois lors d'une sortie de boucle et là, splash ! Les ailes font bravo et le Spree fonce dans le sol comme un missile depuis 20 mètres de haut. Bilan, le bâti moteur en contre-plaqué cassé, capot fendu, fuselage un peu décollé, aile en deux parties mais intacte. Grrrrrrrr !
Retour à la maison... de toute façon il pleut maintenant.
Je répare tout sans encombre ni difficulté et colle les deux demi-ailes avec de l'époxy et pas de la cyano comme lors du montage et je me prépare à poursuivre mes essais en vol avec différents accus et moteurs.

8 éléments 1000Nimh moteur et réducteur du kit et hélice 7*4 CamProp

Spree de Kyosho
Pas de progrès par rapport au 7 éléments si ce n'est l'autonomie qui bondit à 10 minutes mais avec 20 grammes de plus embarqués. Bof.

7 éléments 500AR ou 8 éléments 1000Nimh moteur Speed 400 6V réducté 1.85/1 hélice 8*4 SlimProp

Aucun intérêt, soyons clair. L'avion est volable mais sans plus ! Il se traîne ça fait frémir.

8 éléments 1000 Nimh, speed 400 6V réducté 4/1 hélice 10*7 APC-E spécial électrique

Pas mal mais pas de plus par rapport au moteur et réducteur d'origine accouplés à la 7*4, en 7 éléments en plus. L'autonomie croît encore un peu mais le Spree vole un peu moins vite et beaucoup moins agréable à piloter, on est presque à fond tout le temps.

8 éléments 1000 Nimh, speed 400 6V réducté 4/1 hélice 9*6 Cam SlimProp

Spree de Kyosho
La révélation !
Avec cette combinaison l'avion vole impec, l'autonomie est de 10 bonnes minutes et voire plus sans soucis avec taxiage depuis la table jusqu'à la piste et retour en fin de vol, les copains me traitent de gâcheur d'électrons, de parvenu électrique. En fait, je me pose avant la coupure du BEC parce que j'en ai marre de voler ! Na ! Le moteur est déjà assez chaud au bout de ce type de vol, les Lipo le mettraient encore plus à rude épreuve, je n'ai pas essayé.
le Spree est plaisant à piloter, on est peu à plein gaz, sauf pour la "voltige". La vitesse à plein watts est bonne, le décrochage au centrage de la notice donne une malheureuse abattée de 2 mètres maxi, dans l'axe, et l'atterrissage est une formalité.

8 éléments 1000 Nimh, speed 400 6V réducté 2.33/1 (Speedgear) hélice 9*6 Cam SlimProp

Spree de Kyosho
Encore mieux ! Le Spree est encore plus vif que dans la combinaison précedente, l'hélice tournant à un meilleure régime, sans hausse notable de la consommation puisque l'autonomie reste la même ! La vitesse de pointe gagne un peu, ce qui facilite les "acrobaties". C'est ma motorisation préférée pour cet avion.

Pour résumer

Si vous voulez garder le moteur du kit, serrez les vis du réducteur et stoppez-les avec du frein-fillet, changez l'hélice pour la 7*4 avec 7 éléments 1000 mAh Nimh. Vous aurez un bon petit trois axes qui aura 10 minutes d'autonomie sans soucis.
Les lipos ne sont pas indispensables sauf vol record de durée recherché.
Sinon adoptez le Speed 400 réducté 4/1, 8 éléments 1000 mAh Nimh et la 9*6 Cam SlimProp qui font des merveilles tous ensemble sur cet avion.
Côté débattements dérive et profondeur comme sur la notice et ailerons le plus possible.
La roulette de queue est super pour le taxiage, un vrai plus au sol.
Le Spree n'est pas un grand voltigeur, loin s'en faut, mais il permet quand même des petits plaisir simples dans ce domaine.
Le train souple a tendance à se plier à chaque attéro mais se redresse facilement, donc ce n'est pas gênant.

Epilogue

Spree de Kyosho
Je l'ai fait voler même avec beaucoup de vent, il est secoué mais reste contrôlable.
J'ai aussi réglé pile-poil les ailerons, en ajustant les ailerons au neutre très finement. Eh bien le Spree apprécie et est devenu beaucoup moins paresseux sur l'axe de roulis et demande beaucoup moins d'ailerons à contre pour sortir des virages.
Je l'ai aussi planté sur panne d'émetteur (un fil dessoudé), ce qui fait qu'il a un nouveau capot pas terrible fait avec un bouteille, visible sur les photos en vol !
Le Spree a aujourd'hui une vingtaine de vols et a su me convaincre même si ma première impression en vol ne confirmait pas l'impression de qualité que donne le kit au montage !
J'aime toujours sa bouille sympathique que je trouve réussie.
Les déboires et expérimentations vous aideront, j'espère, dans votre choix. Si vous voulez me poser des questions j'essaierai d'y répondre à l'adresse suivante lesavionsdudimanche@free.fr, en objet mettez Spree.

Mercredi 20 Décembre 2006
Laurent Michelet



Commentaires articles

1.Posté par Fred le 02/01/2007 21:35
Salut,
j'ai le spree depuis plus d'un an maintenant avec lequel je vole tous les WE...
Ma config dès le départ : Moteur SMT Directless 1100, accus lipos 3S1P en 2200mAh, contrôleur 25A de SMT et hélice aéronaut 9,5 x 5 ...le top
On décolle en 3 m et on monte à la verticale à l'infini... autonomie monstrueuse : jusqu'à 25min en jouant fin fin avec les gaz... jamais moins de 15 min...
cet avion est merveilleux, il passe bien la voltige (il tient super bien la tranche), il peut se promener avec un filet de gaz, virer comme un racer... je ne regrette pas une minute mon achat...
Certes, j'ai tout de suite opté pour une version brushless et lipo, mais en terme de puissance, d'autonomie et de poids (550 gr), j'ai largement amorti mon investissement...
Côté critique : ben pas grand chose à part le capot moteur fragile et la cloison parefeu à renforcer... j'ai mis des tiges filletées pour fixer le moteur et j'ai cassé une fois ladite cloison sur un atterissage un peu dur (un appontage quoi !!!)... et la béquille de queue fragile...
En conclusion : que du bonheur ce zinc... en brushless et lipos évidemment !!!

2.Posté par jc le 02/10/2007 07:50
salut au sujet du moteur et de la boite tu dit que sur le férias c est la meme avec l hélice et qu il avait une bonne autonomie alor pourquoi le spree sports n en a pas sois il on changé l hélice ou la demultiplication n est pas la méme car la portance de l avion ne varie pas beaucoup merci de me répondre car je vais l avoire bientot le spree sports et je voudrai garder ce qu il y a si faut changé l hélice sa je peut le faire dit moi ce qu il lui faut pour plus de duré d accu merci d avance pour votre réponse


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 16 Octobre 2010 - 21:30 Krasivo Ecotop : plus d'infos !