Essais longue durée

Sickle 46 : photos et crash test…

Le Sickle étant une nouveauté il y a quelques mois, sa présentation dans RC Pilot ne pouvait tarder mais je comptais bien la compléter par un essai “longue durée »' sur le site internet. Hélas, le sort en a décidé autrement et le modèle a fini au ciel... mais alors au figuré. Bon, la mésaventure m'a tout de même permis de tester la solidité de l'engin et ses possibilités de réparation.



Sickle v2 après réparation : toujours aussi fabuleux en vol !
Sickle v2 après réparation : toujours aussi fabuleux en vol !
En ce bel après-midi de printemps, j'aligne mon fidèle Sickle pour ce qui doit être le dixième vol. Dès les premiers circuits, l'engin est affligé de tops radio, ce qui ne lui n’était jamais arrivé. Au moment même où je décide de virer pour me poser, l'avion part droit devant sans répondre aux commandes ! Moteur mi-watts en légère descente, il décrit une courbe gracieuse avant d'impacter l'unique mètre carré de terre dure de la région... Cris, pleurs et grincements de dents, l'heure est au bilan. Fuselage cassé en deux, capot pulvérisé, verrière cassée, train arraché... Tiens, les ailes n'ont rien?!? En réalité, les nervures d'une des ailes sont réduites en miettes, l'entoilage garde à l'ensemble une forme approximative. Dépité, je tente d'appeler le SAV Topmodel. A force de persévérance, je parviens à contacter un employé qui promet de me prévenir quand les pièces de rechange seront de stock. Mais j'aime trop cet avion pour m'en passer si longtemps. C'est le moment de sortir la cyano...

Tranche et glissades: trop facile: ça vole tout seul...
Tranche et glissades: trop facile: ça vole tout seul...
Première étape: inspection du puzzle. J'ai ramassé jusqu'au moindre bout de bois et tout y est, ou presque. Je démonte le moteur, nettoie les traces de terre et jette le capot fibre complètement délaminé.

Sickle 46 : photos et crash test…
Seconde étape: “pointage » par l'intérieur de toutes les pièces du fuselage (à la cyano). Extérieurement, l'engin reprend une forme adéquate, même s'il est très fragile à ce point. Pour l'aile, même principe sauf qu'il faut d'abord désentoiler par endroits pour accéder aux nervures cassées. La verrière est traitée au scotch transparent.

Sickle 46 : photos et crash test…
Troisième étape: doublement des pièces cassées (longerons, nervures, flancs) à l'aide de chutes de balsa et CTP. Le collage se fait rapidement à la cyano, parfois à l'époxy s'il y a un 'jour'. Pose de congés de sciure fine dans les coins partout où c'est fragile. Ensuite, 'bain' de cyano superfluide pour bétonner tout ça (attention aux vapeurs irritantes!).

Sickle 46 : photos et crash test…
Quatrième étape: moulage d'un capot en FDV (moule perdu). La finition est rudimentaire car c'est du provisoire, en attendant la pièce de rechange.

Dernière étape: réentoilage de l'Oracover (Dieu merci, c'est du « vrai » et il réagit encore au fer), remontage de l'avion, finition et peinture du capot

En tout, l'avion a pris 100 g et la réparation a duré seulement six soirées. L'excellente conception, la qualité du bois et des collages ont permis ce tour de force. Bien d'autres modèles auraient été irréparables après un tel « carton ». Je dois dire que je suis de plus en plus convaincu par le label Ecotop de Topmodel : c'est vraiment « de la belle ouvrage ».

Le week-end suivant, le Sickle v 2.0 est prêt. Par mesure de sécurité, j'ai installé un nouveau contrôleur et un récepteur Multiplex « intelligent » pour remplacer mon récepteur chinois bon marché. Le test de portée est OK, je décolle donc avec tout de même un peu d'appréhension. De fait, l'avion est à peine pilotable car la réception passe sans arrêt en « fail-safe ». J'arrive tout de même à le poser sans dégâts. Retour à l'atelier, cette fois l'UBEC donne sa place à un accu de réception, j'ajoute quelques ferrites pour faire bonne mesure et change une fois de plus de récepteur. Là, ça va mieux! A part quelques rares « tops » l'avion vole aussi bien qu'avant et je prends vraiment beaucoup de plaisir à le piloter. Les vols suivants permettent d'affiner les réglages et d'étendre petit à petit le domaine de vol. Le modèle est formidable et tient toutes ses promesses.


Pour la suite de l'essai, c'est raté !
Pour la suite de l'essai, c'est raté !
Malheureusement, après quelques semaines de bonheur c'est la catastrophe. Comme lors du premier crash, l'avion échappe au contrôle. La réception est en mode « hold » (maintien des derniers ordres) mais cette fois-ci en virage descendant plein pot. J'ai beau lever mon émetteur et implorer Saint Christophe, rien n'y fait. Après cinq secondes d'impuissance et de désespoir, mon beau Sickle 46 s'écrase dans un craquement de Fin du Monde! Cette fois il ne reste plus grand-chose du bel oiseau. C'est d'autant plus rageant qu'il était tout bien réglé et que je commençais à « l'avoir dans les manches ». Le soir même je reçois un email de Topmodel : les pièces de rechange sont disponibles…

Voilà donc l'essai « longue durée » avorté. Pour la suite, il faudra que j'épargne un peu (à moins que Topmodel s'apitoie sur mon sort et me le remplace « sous garantie » :lol:). Mais une chose est sûre, je reprendrai le même. Et entre-temps j'ai converti mon Evo9 en 2,4GHz. Du coup, plus de soucis radio sur aucun de mes modèles: que du bonheur! A propos, j'ai quelques récepteurs 35 MHz à vendre... Si ça vous intéresse, vous avez mon adresse ;-)

Samedi 14 Novembre 2009
Laurent Schmitz



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Septembre 2013 - 17:46 Ipanema II

Jeudi 11 Décembre 2008 - 14:19 RAFALE Miniplanes, les tops disparaissent !