Essais longue durée

Planeur semi-maquette FVA 10b "Rheinland"

Après quelques mois d'utilisation (±100vols), voici un petit 'retour' sur ce modèle et la photo du décollage remorqué, qui s'est perdue dans l'article.



Planeur semi-maquette FVA 10b "Rheinland"
En gros, je suis très content de ce planeur. J'ai connu quelques déboires au début car j'accrochais parfois une aile à l'atterrissage, causant un méchant retournement. Après quelques vols ce comportement a disparu, probablement parce que je le connais mieux. Une des 'pirouettes' a quand même laissé des traces. Le fuselage s'est fendu au plan de joint sur un peu moins de 10cm, juste sous l'empennage. J'ai pu le recoller facilement par l'ouverture du stab, on ne voit plus rien.
Par ailleurs, le support de train en plastique a fini par se fendre après une cinquantaine de vols. Pour éviter que la roue recule et frotte contre le fuselage, j'ai fixé le tout avec un mélange de fibre et de cyano, ça n'a plus bougé depuis.
Depuis la rédaction de l'article, l'été et les grosses chaleurs ont sévi et j'ai dû trouver une solution pour le refroidissement du moteur. J'ai découpé deux ouvertures au scalpel dans les panneaux avant de la verrière. Le plastique est plié vers l'intérieur de façon à ventiler l'intérieur sans défigurer le modèle. Cette solution minimale me donne entière satisfaction. J'ai aussi bricolé un buste de pilote 'maison' juste au-dessus des câbles de la dérive. Le look est bien amélioré, au prix d'une trentaine de grammes.
En ce qui concerne le comportement en vol, j'ai utilisé des accus de propulsion de 170 à 200 grammes sans vraiment noter de différence en l'air; le centrage n'est donc pas hyper-critique. J'ai aussi eu l'occasion de réaliser plusieurs 'longues durées' en compagnie de planeurs nettement plus adaptés aux thermiques. Et bien, ça tient très honnêtement! Le seul souci est qu'on voit moins bien le Rheinland qu'un 4 mètres et la vue se fatigue vite. Pas question de le quitter des yeux un seul instant sous peine de le perdre. Cela dit, en général je ne monte pas trop haut et j'enchaine les passages juste pour le plaisir de le voir passer. Je ne me lasse pas de sa silhouette unique, c'est à chaque fois un vrai bonheur!

Dimanche 1 Août 2010
Laurent Schmitz



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Septembre 2013 - 17:46 Ipanema II

Samedi 14 Novembre 2009 - 22:36 Sickle 46 : photos et crash test…