Essais

Pitts 400 EP de Wattage

Un voltigeur biplan de poche

Comme beaucoup d'entre-nous j'avais envie d'avoir un biplan. Problème, il n'existe pas grand chose pour quelqu'un qui, comme moi, pratique l'aéromodélisme électrique, qui ne soit pas en polystyrène extrudé et "maquette". J'ai deux vices en modélisme : j'aime les maquettes, et les zincs électriques. J'ai hésité longuement entre un Tigermoth et une électrification de quelque chose de plus gros destiné au thermique. Voilà où j'en étais quand j'ai découvert le petit Pitts électrique de Wattage au cours d'une Cyber balade sur un site marchand au USA, Tower hobbies pour ne pas le nommer.



Pitts 400 EP de Wattage
Un bref coup d'œil au descriptif me donne encore plus envie. Bon il faudra attendre un peu l'avion n'est pas encore disponible. Ce que je fis avec patience, jusqu'à ce qu'un mail m'indique que le modèle est en stock. Efficace comme service, tout ça à 6000 km de distance...
Je passe commande en ligne sur le site de Tower Hobbies ; peu cher comme zinc, 139$ mais en suivant les fluctuations des taux de change on arrive à grappiller quelques euros. Le port est quant à lui vraiment élevé, c'est ça le libéralisme dans les services publics et pour couronner le tout le gentil transporteur français me fait savoir que je lui doit la douane. Et vlan une cinquantaine d'euros en plus ! Là franchement je l'ai mauvaise. Je me console en me disant qu'il y a un moteur "Cobalt" dans la boite, mais ça fait peu.

Allez, j'ouvre ?

Pitts 400 EP de Wattage
Alors j'ouvre la boite, et là tout ce que je viens de penser sur le prix s'évanouit ou presque. Le kit est vraiment complet, avec le moteur, l'adapteur, l'hélice (une APC 7x6), les guignols, les chapes les tringles, les ailes en structure entoilées, le stab en structure entoilé, la dérive, les mâts de cabane en alu plié, le train en alu trop mignon, le capot en plastique, le fuselage en plastique tout léger (beurk, mais c'est comme ça j'aurais du mieux lire le descriptif sur le site !) avec des renforts CTP dedans, les mâts d'entre-plan en plastique super mou (?), les roues, les carénages de roues, les vis, les boulons, les décors, et une super notice tout en photos et plus qu'explicite.
Il ne manque vraiment que 3 servos 9 grammes, un petit récepteur 4 voies mini, un accu de propulsion (7 éléments CP 1300 prévoit la notice ) et un variateur pouvant passer 35 ampères.
A ce moment je suis très content. Eh oui ! J'ai planqué mon carnet de chèque et ma carte bleue, ça aide !

Cogito, ergo modelum

Pitts 400 EP de Wattage
Je réfléchis un peu en regardant le moteur et me dis que son allure m'est connue... tilt, ce Cobalt 400, 27 Tours n'est autre qu'un Velkom 2020/27, bien connu chez nous et qu'on trouve pour environ 100 euros, vous avez bien lu, en France. Donc le kit n'est pas si cher que ça après tout. Cependant je tempère bien vite cet accès d'enthousiasme en me rappelant que ces moteurs, s'ils sont puissants sont aussi voraces en électrons, et que avec la batterie prévue il va pas y avoir beaucoup d'autonomie... Donc j'envisage le brushless, et passe à l'acte après réflexion. Et encore un peu de sous partis dans le modélisme... J'ai opté pour un Axi, j'adore les cages tournantes, c'est irraisonné, même si ce n'est pas eux qui ont le meilleur rendement en utilisation loisir, c'est mon cas et c'est plus que suffisant. Me voilà donc en possession d'un petit Axi2808/20. Pourquoi celui là ? Et bien car je compte l'alimenter avec un pack d'accus lipo que je possède déjà, un 3S2P de 2400 mAh, et que la puissance disponible avec ce moteur au alentours de 15 A, ce que peut sortir le pack, est en rapport avec la masse du modèle. Voilou ! Là je rationalise à mort d'un point de vue économique, voyez-vous, en achetant le moteur en fonction des accus.
Pour le contrôleur se sera un Castle Créations 25 ampères qui fera le travail, il attendait bien sagement sur un coin de l'établi lui aussi.

Assemblage

Pitts 400 EP de Wattage
La notice est parfaite, sans aucun point noir, les pièces emballées par sachet correspondant aux grandes étapes, le rêve modéliste en somme. Donc je ne vous réécris pas la notice mais vous fait un bref panorama du montage. De toute façon un petit zinc comme ça, ce n'est pas fait pour débuter, donc les vieux moustachus du modélisme que vous êtes avez tous vos habitudes, et moi les miennes.
Il est recommandé de lire une fois en entier la notice avant de commencer... eh bien oui ça vaut le coup pour s'imprégner de ce qu'il va falloir faire.
Les étapes sont donc les suivantes:

Pitts 400 EP de Wattage
Collage à la cyano fluide des EZ Hinges (les charnières faciles en français) des ailerons. Voilà c'est fait.
Mise en place des guignols d'ailerons en respectant bien l'angle et mettant la ligne des trous à l'aplomb de l'articulation, ça aide à avoir un débattement symétrique, moi c'est ce que j'en dis et je ne fait que répéter la notice.
Installation du baquet de servo d'aileron sous l'aile inférieure, collé à la cyano et zou le servos dans le trou. On fait ressortir le fil et c'est OK !
On ajuste chapes et palonniers au neutre et voilà. La notice recommande du différentiel ; désolé moi je n'en ai pas mis, je n'ai pas de palonnier ad-hoc sur mon servo.

Pitts 400 EP de Wattage
La phase suivante est consacrée au stabilo. Il est collé directo à la cyano au fuselage après avoir vérifié l'alignement, pas facile, et l'équerrage de tout le bazar. Puis mise en place des guignols, chapes et collages des charnières de profondeur. Re-belote avec la dérive et le volet de dérive et la roulette de queue en balsa (si,si !) conjuguée au volet de dérive.
Les tiges de commandes de la profondeur et de la dérive sont rigides, en balsa avec corde à piano droite à passer dans un arrêt de câble (fourni) côté servos et corde à piano filetée côté guignol. La classe pour un modèle de 73 cm d'envergure !
On installe les servos de direction et profondeur, on règle les neutres, et étape suivante.
Le train, Bon bah no comment, il n'y a rien de rien à dire.

Pitts 400 EP de Wattage
Au suivant ! Le bâti moteur. Là je trouve dommage que Wattage ait opté pour un modèle en bois de boîte de camembert, surtout que les moteurs à cage tournante ont beaucoup de couple, on verra bien. Le bâti est collé à l'epoxy 5 minutes. Le moteur sera vissé par deux vis M3, celles du moteur du kit.

Pitts 400 EP de Wattage

Pitts 400 EP de Wattage

La cabane

Pitts 400 EP de Wattage
C'est un point un peu délicat, car on aimerait bien se rendre compte de l'incidence des ailes et c'est pas évident, d'autant plus que je bricolais tranquille sous un grand cèdre dans un jardin, au fond d'une chaise longue, donc pas super équipé. Je tripatouille un peu les mâts, les glisse dans les saignées prévues à cet effet sur le dessus du fuselage, j'estime tant bien que mal les incidences relatives des deux ailes et ne vois rien d'alarmant. Allez je colle à l'époxy tout ce petit monde, une fois encore je m'en remets au bons génies des petits avions. Vissage de l'aile supérieure à la cabane.
Les mâts d'entre-plan. Là il faut le dire ils sont tous nul de chez tout nul, en plastique blanc mollassons de 0.5 mm d'épaisseur. Je me dis qu'ils sont là que pour faire beau, mais à bien y réfléchir non , ils servent vraiment à donner l'écartement des ailes. Je me retrousse les manches et "décalque" les silhouettes sur du ctp de 1 mm. (entre temps le week-end était fini, j'étais de retour dans mon "atelier" (au sous-sol quoi, frime pas !) qui est un peu plus équipé que le dessous du cèdre. Voilà ils sont prêts et sont installés en lieu et place des bouts de plastique du kit. Je n'ai pas collé les mats comme indiqué, mais juste enfiché dans les fentes de l'aile supérieure et boulonné en bas comme prévu par contre dans la notice. Tout ça en veillant à avoir un écartement identique des deux ailes sur toute l'envergure.
J'ai fini par le capot, fixé par 3 petites vis et l'installation du cockpit.
Au fait, où est le joli cône ? C'est en plus, dommage ça aurait été sympa, au point où on en est. Donc un tour chez le marchand et zou un cône de 38 mm.
J'ai fini l'installation radio en mettant en place dans le fuselage, retenus par du Velcro, le contrôleur et le récepteur, un petit GWS de 6 voies et 7 grammes qui vaut un misère, vraiment, et fonctionne plus qu'honorablement à mon goût.
Une séance d'autocollant et mon Pitts est super beau sur la table prêt à voler.
Voilà en moins de 12 heures je me retrouve en possession d'un bien bel avion, minuscule mais très attrayant. Je piaffe en attendant un jour sans trop de vent, pas trop de travers.

Réglages

Pitts 400 EP de Wattage
Les débattement aux ailerons sont ceux de la notice, le différentiel en moins, donc 7 mm vers le haut et le bas. La profondeur a commencé avec la valeur de la notice 12 mm en haut et en bas puis un peu augmenté (à 15 mm) par la suite. J'ai opté d'office pour 50% d'expo mais les essais m'ont amené à réduire cette valeur à 25 %.
La dérive quant à elle est "plein pot" de part et d'autre.
J'ai mesuré la consommation du moteur au sol, plein Watt avec la 8x4 SlimProp, j'ai 13 Ampères, ridicule mais impecc avec ce que peut débiter mon pack lipo 3S2P 2400 mAh. La traction est même forte à fond, je suis très confiant dans les capacités du groupe motopropulseur.
Le centrage : deux valeurs cohabitent dans la notice, 3 pouces et 2 pouces 5/8 du bord d'attaque de l'aile supérieure. C'est la valeur la plus avant, soit 6.7 cm du bord d'attaque de l'aile supérieure, que j'ai retenue, et obtenue sans peine avec la pack lipo, bien calé dans le porte accus en fibre (d'origine dans le Kit).
Sur la balance le Pitts pèse 800 grammes, 30 de moins que le poids mini annoncé par le fabricant. Les lipos plus le « cage tournante » plus léger que le moteur d'origine ne sont pas étrangers à ce résultat et je me félicite de mon investissement.

Le vol

L'arrivée au terrain ne passe pas inaperçu. Pensez, un mini-biplan et éléctrique en plus ! Les copains sont sympas, il s'arrêtent de voler pour voir le premier vol du "monstre". Je porte le modèle en bout de piste. Quelques essais de taxiage me montrent le caractère indépendant du Pitts au sol. Je sais c'est gâcher des électrons au sol que de décoller, mais c'est tellement plus rigolo. Allez je me lance, je mets les gaz et surprise il part tout droit et s'envole au bout de 15 mètres après avoir tiré sur la profondeur assez franchement. Le Pitts grimpe très bien plein pot, presque à 45 degrés et sans mollir. Pas de doute l'Axi 2808/20 et la 8x4 SlimProp sont le bon tandem pour cet avion. je réduis les gaz et fais quelques hippodromes pour voir le comportement général et régler les trims. Il manque un peu de piqueur au moteur c'est certain, j'ai rajouté une petite cale d'1 mm lors des vols suivants.

J'enchaîne ensuite sur quelques acrobaties, c'est un Pitts non ?
Le looping est facile, se fait en partant de l'horizontale et super grand au regard de l'envergure du Pitts, mais je constate un "retard" entre l'ordre à la profondeur et l'action pas vraiment violente de cette dernière. Pas assez de débattement et trop d'expo seront mes conclusions; les ailerons sont bien efficaces, et le tonneau passe sans soucis, mais selon moi préfère être un peu barriqué. Faut dire que je ne suis pas un as des manches mais un pilote moyen du week-end, comme beaucoup d'entre nous en somme.
Le renversement est aussi à ma portée et le Pitts s'en accommode facilement.
Je ralentis au tiers des gaz pour voir, et l'avion se maintient sans broncher en palier. Je suis bluffé, il est au ralenti mais il vole encore sans aucune tendance vicieuse. J'avoue, je ne m'attendais pas à un modèle aussi facile à faire voler.
Bon ça fait dix bonnes minutes que je suis en l'air et je commence à faire des circuits pour voir un peu et prendre les repères pour l'attéro. Après 4 ou 5 tours je me présente comme il faut, coupe les gaz en courte finale et me pose en plané. L'avion roule et capote, se retrouve sur le dos. Marc, qui a assité au vol, me dit que j'aurais du garder un peu de moteur, les vols suivants lui donneront raison, et maintenant je me pose tout réduit, mais pas coupé !

Bon caractère

Pitts 400 EP de Wattage
Tous les vols depuis ont confirmé le bon caractère du Pitts. Cet avion ne m'a jamais fait de mauvais coup, il se pose facillement mais est exigeant au décollage. Depuis le premier vol je n'ai jamais réussi à le faire partir bien droit !
En l'air c'est un régal, capable de grand écart de vitesse, et de passer une honnête voltige sans pour autant être un F3A, loin de là.
Les seuls petits défauts sont le bâti moteur qui n'a pas surpporté le couple de l'Axi et s'est fendu en vol, plus de peur que de mal, et les axes de roues qui m'ont donné un peu de soucis avec leurs écrous, contre-écrous et rondelles qui se desserraient jusqu'à ce que les copains les bloquent bien comme il faut.
Les accus lipo employés lui donnent une autonomie plus que confortable, au delà des 15 minutes avec de la voltige, un décollage, et taxiage au retour. Donc deux vols sont possibles sans aucun problème sans recharger l'accu.
Franchement je suis très, très, heureux d'avoir ce modèle dans mon escadrille, sa présence en l'air est certaine, même pour un si petit avion. Il faut toutefois veiller à ne pas voler trop loin de soi, car il devient très vite minuscule.
Si vous êtes tentés par l'aventure du mini-biplan, de l'électrique, et de l'achat en ligne (ou par fax, ou par téléphone) à l'étranger foncez, vous ne serez pas déçu par ce petit modèle pas trouvable chez nous (pour l'instant, mais qui sait ?), mais vraiment attachant.
A bientôt pour d'autres machines volantes.

Dimanche 12 Mars 2006
Frédéric Klein



Commentaires articles

1.Posté par carlin yves le 15/07/2007 15:02
bien vue de commander chez tower hobby ... petite astuce cependant pour eviter (une fois sur deux) la douane demander a l'expediteur de l'envoyer comme "toys for children" idem pour commander chez hobby lobby ...
j'ai personnellement un ravisant bi moteur Cessna avec deus moteur brush look et bruit fantastique
ces deux site US sont a visiter attention de craquer...


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 16 Octobre 2010 - 21:30 Krasivo Ecotop : plus d'infos !